AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 .Starlight { Sue

Aller en bas 
AuteurMessage
Gregory McAlister

avatar

Nombre de messages : 19
IDENTITY.PIX :
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: .Starlight { Sue   Ven 8 Aoû - 0:59

.

Starlight
{ Sue

Il y a des dizaines de bonnes raisons pour se retrouver à cinq heures du matin sur Californian Beach. La première pourrait être sans doute celle que vous avez trop profité des bonnes choses -soit, les vodkas tonic et sex on the beach- et que, vous retrouvant soudainement propulsé sur zoombieland, vous n'avez trouvé d'autre refuge que la plage. La seconde, aurait très bien pu être celle que vous êtes un fan inconditionnel du groupe de musique qui passe, la veille au soir, sur cette plage. Et, deux heures de route vous séparant de votre maison, vous avez préféré rester sur les lieux en attendant le lever du jour et ainsi, le bus de cette satanée compagnie qui commence ses transports qu'à partir de sept heures. Bref, une tonne de raisons pouvaient faire en sorte qu'à cinq heures du matin, deux jeunes adolescents d'Hillside étaient sur le même coin de sable, en attendant de repartir chez eux.



Run To The Hills

" Bienvenue Hillside, ici Derek Tyler, votre animateur préféré pour vous accompagner durant toute cette journée qui se promet des plus ensoleillées ! "

Gregory, assis sur le fauteuil du canapé, sa guitare sous le bras, écoutait d'une oreille distraite la voix enjouée de l'animateur Derek Tyler. A tout moment de la journée, chez les McAlister, la radio était allumée. Enfin, du moins, lorsque Debby était dans les parages. Elle ne supportait pas le silence, et préférait être informée par Derek que le bulletin télévisée du soir. Gregory laissa glisser ses doigts sur les cordes de sa guitare et commença à former quelques accords d'une chanson d'Iron Maiden. Gregory et sa guitare, c'était le couple inséparable. Communément, à Hillside, "inséparable" était surtout évoqué pour qualifier des adolescents plus ou moins boutonneux qui ne se lâchent pas une semelle et se pavanent un peu partout bras dessus, bras dessous. Mais pas question de petite amie pour Greg, non, -bien que les jumelles Ferguson lui jouaient un sacré petit manège- lui, c'était sa guitare. Rare était de le voir sans. Il l'avait sur le dos, à la main, sous le bras. Bref, il la possédait, et ne s'en séparait jamais. C'était vrai que sur le coup, ça pouvait paraître étrange qu'une jeune homme ne puisse se séparer d'une possession matérielle. Mais la guitare de Gregory était bien plus à ses yeux qu'une simple guitare. C'était son symbole d'indépendance. Cet instrument de musique, le jeune McAlister l'avait obtenu à la sueur de son front, et elle était la récompense de cette indépendance indestructible que Gregory s'était forgé bien tôt, à cause de ses expériences passées difficiles et douloureuses.

" Aujourd'hui, nouvelle de choc ! Une soirée festive aura lieu sur Californian Beach, quel coin, je n'en suis pas encore sûr, mais une chose est certaine, mes amis d'Hillside, ça risque de déchirer ! Grands-parents s'abstenir. "


Puis, Derek se mit à énoncer les noms de quelques groupes qui seront présents à cette petite soirée. C'était surtout des groupes locaux, peu connus, qui avaient organisé cette soirée dans le but de se faire connaître et apprécier. Et il fallait l'avouer, Gregory mourrait d'envie d'aller y jeter un coup d'oeil. A Hillside, la musique n'était pas vraiment... Privilégiée. C'était surtout les derniers ragots, le thé à la menthe et les pétunias qui faisaient fureur. Cependant, un problème se posait. Californian Beach était à deux heures d'Hillside. Et Gregory ne pouvait pas partir discrètement de la maison et revenir sans se faire prendre par un de ses frères ou même Debby. Et même, ça ne l'enchantait pas de devoir mentir ou inquiéter Debby à cause de son absence. Cependant, demander des choses à Madame McAlister n'était pas non plus le grand fort de Greg. Il avait beau avoir été adopté par cette femme, avoir prit son prénom, lui vouait une confiance aveugle qu'elle avait eu bien du mal à posséder ; le jeune homme était encore réticent à l'idée de blablater et demander des choses. Comme la permission de sortir. "Permission de sortir", dire que dans ses anciennes familles d'accueil, ils se fichaient pas mal de savoir si leur "petit protégé", soit, Gregory, avait dormi sous un pont ou dans un lit de la maison. L'adolescent posa délicatement sa guitare sur le canapé et s'avança lentement vers Debby.

Debby McAlister était un femme assez avancée en âge, d'où la couleur de ses cheveux gris. Cependant, son coeur restait tout aussi jeune et passionné. Le jardinage, elle en était folle. Elle s'amusait à planter toutes les races de fleurs possibles mondialement dans son jardin, et parfois même dans celui des autres ! Et bien sûr, son coeur avait été assez gros pour accepter d'accueillir quatre enfants "difficiles" chez elle et les adopter, pour qu'ils deviennent pas moins que ses fils. Certes, ça n'avait pas été toujours facile. Et Gregory avait été sans nul doute celui qui avait donné le plus de fil à retordre à cette chère Debby. Il ne voulait pas s'accrocher à elle, se confier, l'aimer, lui parler. Il voulait seulement qu'on le laisse tranquille, il ne voulait plus qu'on lui fasse du mal, qu'on le trompe, qu'on l'accuse. Et c'était en s'armant de patience, persévérance et gentillesse que Debby avait enfin réussi à faire rentrer dans la tête de Gregory qu'à Hillside, avec elle, il serait en sécurité. Enfin en sécurité.

" Euhm... Est-ce que ça gênerait si j'allais quelque part ce soir... Et que j'rentrais demain matin... ? "

Maladroit, Gregory ? A peine. Disons que ce n'était pas son habitude de demander des permissions. C'était à peine s'il demandait le sel à table. Et les yeux interrogateurs de Debby que le jeune homme ressentit sur son visage lui donnèrent la folle envie de lancer un "Finalement, laisse tomber !" et de déguerpir vite fait avec sa guitare. Mais, étonnement, alors que Gregory s'éloignait millimètres par millimètres du comptoir, redoutant la tornade d'interrogations et le refus catégorique d'une mère protectrice, la voix de Debby se mit à énoncer quelques restrictions, avertissements, mais surtout, une autorisation des plus masquée qui fit naître un sourire sur le visage de l'adolescent.


Twist And Shout


Gregory était enfin parvenu à Californian Beach. Et, croyez-le ou non, il avait prit sa guitare avec lui. Et oui, imaginez qu'un incendie se déclare pendant la nuit dans sa maison et que sa guitare rôtissent comme un rat ? Ou alors, pire, qu'on lui vole ! Ou qu'un de ses frères lui fassent ce qu'on appelle communément "une mauvaise blague". Quoi qu'il en soit, il touchait enfin le sol... Enfin, le sable de l'emplacement de la soirée. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Enfin, de la musique, en live ! De la vraie. Le premier groupe s'installa, commença ses morceaux, et l'ambiance, ainsi que l'effervescence adolescente, s'enflamma.


4:50. La soirée était bel et bien terminée. Seuls quelques gobelets, bouteilles de bière et soutien-gorges témoignaient de l'effervescence totale de la soirée. Une chose était sûr, Gregory ne regrettait aucunement d'être venu. Il allait certainement bien dormir ce soir, mais en attendant, il était bien heureux. Certes, il n'allait pas en prendre l'habitude non plus, ça ne serait pas très sérieux... =P. Le jeune homme se mit à marcher sur la plage de Californian Beach. Le bus qui allait -par l'intermédiaire de trois autres bus- le ramener à Hillside n'arrivait pas avant sept heures. Si bien qu'il avait tout le loisir de se balader sur cette plage, admirer le flux et le reflux des vagues, écouter la mélodie maritime de la plage et... Tomber sur Sue Conrad ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sue Conrad

avatar

Nombre de messages : 65
IDENTITY.PIX :
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: .Starlight { Sue   Ven 8 Aoû - 2:02

« Susan Conrad. Vous savez, la fille de Georges Conrad. Elle est si charmante. Une vraie petite héritière. Cette jeune fille ira très loin dans la vie. Ses études sont plus que parfaite et son comportement en classe est exemplaire. » Évidemment. C’était ce que tout le monde s’entêtait à dire. Sue Conrad était parfaite aux dires de tous et chacun. Évidemment; Sue ne s’en plaignait pas. Pourquoi, Diable, s’en plaignerait-elle ? C’était loin d’être le cas; sa petite manie de jouer la petite fille parfaite. À la maison; c’était un véritable petit ange. « Bonjour, très chère belle-mère. La température à l’extérieur n’est-elle pas radieuse aujourd’hui? Il est dommage de savoir que cette température si parfaite nous quittera cet après-midi. » À la maison; elle agissait bien sagement. Elle était parfaite; c’était simple. C’était ce que son père désirait; c’était par conséquent ce qu’elle désirait aussi. Par contre; Sue ne se plaignait pas véritablement de tout ça parce qu’à force de donner bonne impression, elle avait des privilèges. « Père; j’aurais besoin de vos services. Le royaume de Princesse est tout déchiré. Les rats du sous-sol s’en sont chargés à la place de Princesse. Père; je vous en implore. Je connais votre bon cœur et votre générosité, vous n’oseriez pas abandonner mon chat, n’est-ce pas? Elle vous adore tellement. J’ai besoin d’un nouveau royaume pour Princesse. […] Cet après-midi? Mais Père, vous n’aviez pas rendez-vous avec le curé du village voisin ? Dans ce cas, pourquoi ne pas y aller maintenant? Oh Merci mon petit papa chéri! » C’était fou toutes les permissions qu’elle pouvait avoir avec un minimum de flatterie et connaissant l’horaire très chargé de son paternel. Elle aimait sa vie. Dieu aimait Sue Conrad.

« Pèèèèèèèère! Pourrais-je prendre la ferrari ? J’aimerais aller faire un tour aux festivités sur la Californian Beach. Avec Amanda, […] Oui, bien sur. Mais nous pensons nous arrêter dans un hôtel, ça ne vous ennuie pas, j’espère? […] S’il-vous-plaît! Il paraît que David Cook y sera! Je vous en prie! Vous savez à quel point j’adore David Cook. […] Non, c’est gratuit. […] Oh! Merci Papa! Je vous adore! » Et voilà; en moins de quelques secondes, elle avait convaincu son très cher paternel de la laisser se bourrer la gueule. Il faut être subtile et lire entre les lignes. La famille d’Amanda était très riche et par conséquent; ils avaient fait une excellente impression aux yeux de Georges Conrad, ce qui était essentiel. Donc avec la ferrari et vêtue d’une robe des plus parfaite; son petit Papa avait craqué devant une robe Dior qui plaisait à sa fille depuis des lustres. Cette robe était jaune avec des paillettes, plutôt courte; Elle se portait très bien en été. Avec des ballerines noires aux pieds, elle quitta la maison avec son sac à main avec un peu de liquide et quelques vêtements pour le lendemain. Il devait être environ 21 heures lorsque la jeune fille arriva à destination avec son bikini sous sa robe. Elle dansait sous les hits que projetait le DJ alors que d’autres fois; il y avait qu’un groupe de musique et elle faisait croire à tous qu’elle était une groupie. Terrible.

C’est vers 23 heures qu’elle acheta une bouteille de vodka… Hum. Durée de vie de la bouteille? Pas très longtemps. Alors qu’elle dansait avec quiconque le désirait, elle s’amusait en tournant et en riant. Lorsqu’un type tenta de lui voler sa bouteille, elle le regarda désemparée et la lui tendit alors qu’il ne lui restait que quelques onces pour s’en acheter une nouvelle. Hum. Ce n’est que quelques minutes plus tard qu’elle tomba sur le sol, un peu plus loin, échouée sur le sable. En une position plutôt inconfortable mais saoule, on ne remarque rien. Le bras droit en haut de sa tête avec la bouteille de Vodka presque vide, elle avait presque eut le temps de la terminer c’est à croire… l’autre bras totalement en bas, près de sa taille. Une jambe remontée vers le haut, démontrant une souplesse inégalable et l’autre jambe, bien droite. Ses ballerines étaient à quelques pas plus loin… Elle se réveilla le lendemain, aussitôt qu’elle leva la tête un « Ewww. » l’empêcha de continuer et elle se recoucha sur le sol. Un mal de bloc infernal. Eww. Alors que le soleil commençait à pointer le bout de son nez elle ferma les yeux puis bailla et se leva lentement, bouteille de vodka toujours à la main. Elle en avala une gorgée rapidement, tenta de retrouver ses ballerines sans aucun mot. Elle avait l’air un peu moins fière qu’à son arrivée; avouons le franchement. Elle mit ses ballerines et commença à marcher plus ou moins maladroitement manquant de tomber à de maintes reprises. Alors qu’elle s’avançait, les paupières lourdes, elle tomba sur le côté et heurta un jeune homme qui tenta de la rattraper maladroitement. Sommeillant légèrement – tssk – elle se remit sur pied en regardant autour d’elle, lorsque le jeune homme dit quelque chose, elle fonça les sourcils et mit sa main sur sa tête. Dieu! Le mal de crâne qu’elle avait là. Alors qu’il ouvrait la bouche pour dire quelque chose, pour éviter un autre mal de tête; elle se jeta sur lui en l’embrassant un bon moment. Ça semblait vouloir dire; « ferme-là. J’t’embrasse. J’ai mal au crâne; donc double ferme-là. Donc ferme-là et ferme-là bien, de grâce. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory McAlister

avatar

Nombre de messages : 19
IDENTITY.PIX :
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: .Starlight { Sue   Dim 10 Aoû - 1:04



Sue Conrad... Sue et Gregory devaient être deux adolescents parfaitement et radicalement opposés. Que ce soit par leur passé ou leur personnalité. Les Conrad... La famille Conrad était tout simplement la famille la plus fortunée d'Hillside ! Et aussi la plus aristocratique. Greg se rappelait très bien avoir entendu Sue répliquer à son cher paternel un "Oui père. Bonne journée, père." des plus anciens. Qui appelait encore son paternel "Père" de nos jours ? Le vouvoiement était encore d'actualité pour les Conrad ! Comme quoi, la richesse allait jusqu'au langage royale.
Tandis que Greg lui, n'avait déjà plus de parents biologiques. Un point de différence. Et ensuite, il avait vécu de familles d'accueil en familles d'accueil, redoutant toujours la prochaine. Car ces familles accueillaient rarement Gregory pour lui offrir une vie meilleure, mais plutôt pour l'allocation que l'Etat donnait en échange de le nourrir et lui fournir un toit. Jamais Greg n'avait réellement connue la richesse, ou les lits doubles. Et les chats se nommant Princesse, autant oublier. Tout ce que Greg avait, c'était lui. Débile ? Non. Il avait eu sa guitare après, symbole de son indépendance qu'il avait rapidement dû se créer. Enfin bref, Gregory McAlister et Sue Conrad était des opposés radicaux. Jamais réellement il ne pourraient s'entendre, s'aimer. Le foyer entre leurs deux personnes étaient bien trop profond. C'était impossible.

L'adolescent connaissait Sue Conrad simplement de vue, et bien entendu, de réputation. Bien que le jeune homme se fichait éperdument des ragots, n'aimait pas ça, estimait que chacun menait sa vie comme il le voulait, ça n'empêchait pas les potins de venir à lui. Mais les paroles sur Sue étaient rarement -non, jamais- négatives. C'était la fille à son papa parfaite. Elle faisait des trucs tordus ? Avait des défauts ? Non... Impossible. C'était un ange descendu du Ciel. Il fallait lui donner le sacrement de la sainteté sur-le-champ ! Mais pourquoi, Oh Diable, personne n'y avait encore pensé !

Gregory, quant à lui, avait toute la réputation idéale pour ne pas se faire approcher. Un McAlister, attention, danger ! Debby avait été d'une grande bonté en adoptant quatre enfants défavorisés, on ne pouvait le lui enlever. Mais tout le monde craignait que ces quatre gamins, de passé douteux, vous tuent dans votre profond et paisible sommeil. Ensuite, Gregory n'avait pas non plus la personnalité qui faisait de lui un garçon qu'on veut aimer ou avoir comme gendre. Pas très causant, pas timide pour autant, mais tellement indépendant. Il n'a besoin de personne, à part sa guitare. Une guitare n'est pas un personne ? Allait lui dire ça, il vous jettera un regard noir avant de partir avec. Oh, et les potins dits sur notre cher Greg ! Ne les oublions pas, voyons. Comment disait-elle, déjà, cette charmante voisine accroc aux anti-dépresseurs depuis que son mari "part à la chasse" ? " Ce gars se prend pour une rock star ou quoi ? Il se trimballe toujours avec sa guitare sur le dos ... Peut-être qu'il y cache de la drogue, qui sait ! " Hum... Drugs & Rock'n'roll...



Mais là, à son grand étonnement, les rôles avaient un tantinet été échangés. Sue Conrad était... Ivre ? Dans un sale état ? Ne tenait plus droit ? Tandis que Greg, lui, était parfaitement sobre, parfaitement clean. Dire que Gregory avait pensé que Sue était réellement parfaite. Que, mis à part quelques petits défauts desquels on pouvait bien faire abstraction, Sue n'avait aucun rapport entre les "mauvaises choses". Comme l'alcool. Sue Conrad, alcoolique ! Ha ha ! Que diraient les habitants de Hillside en voyant la fille de Georges Conrad dans un tel état ? Au pire, naïvement, ils seraient bien capables de penser que quelqu'un l'avait forcé à s'enivrer. Ou le goût de l'inconnu avait incité cette pauvre fille. Ou pire, que McAlister l'ait soulé pour s'amuser. Enfin, heureusement qu'il n'y avait personne dans les parages. A priori, du moins. L'adolescent, avec son éternelle guitare sur le dos, n'était pourtant pas quelqu'un de mauvais. Si bien qu'en voyant la jeune fille dans cet état, il ne put s'inquiéter un minimum. Lui aussi s'était déjà soulé, et savait ce qu'était une gueule de bois. Maux de têtes intenses, déprogrammation de l'ouïe, écœurement total. Bref, on connaît la chanson. Gregory s'approcha légèrement de Sue avant de la questionner.

- Hum. Ca va aller ?

Bravo, Greg. Façon très aristocratique d'aborder la Reine d'Anglet... Susan Conrad. Enfin, fallait pas s'attendre à plus. Gregory n'avait beau ne pas être timide, c'était pas pour autant qu'il était prolixe. Disons que le social, les mots, et tout le tralala, ce n'était pas forcément sa tasse de thé. Encore moins lorsqu'il s'agit de personnes importantes et respectables. Bien qu'une Conrad soûle n'ait pas grand chose à envier et n'attire franchement pas le respect. L'adolescent observa, avec un léger sourire, la réaction de la jeune femme. Poser sa main sur sa tête et froncer les sourcils. Grosse gueule de bois, hein Conrad ?

Toutefois, voilà que Gregory allait lui proposer de l'aide, la jeune fille se contenta de se précipiter sur lui pour l'embrasser. Mon Dieu, quelle ironie. Conrad et McAlister. Encore heureux qu'ils n'étaient pas dans un lieu public. Mon Dieu. C'est le genre de chose que Gregory n'ait jamais désiré et n'ait jamais pensé que ça pourrait arriver. Quelle ironie ! Il riait aux éclats intérieurement, bien qu'extérieurement, il ne put s'empêcher de repousser Susan. Ok, c'était une Conrad, mais pas une raison pour se jeter sur lui comme si elle voulait lui avaler les amygdales. Bon, n'importe qui aurait aimé être à sa place, mais Greg était différent. Il n'était pas comme ces sportifs sans cervelles ou ces nerds à lunettes fantasmant sur les plus belles filles du lycée. Lui, l'amour, c'était bien la dernière de ses préoccupations ! Bien qu'il ferait mieux d'y penser un peu, vu le double Ferguson qui s'abattaient sur lui assez fréquemment. Quoi qu'il en soit, Sue, il n'en voulait pas. Dieu avait beau aimer Sue Conrad, Gregory McAlister n'était pas de son avis. Après avoir repoussé l'adolescente rapidement, Greg croisa les bras et l'observa un moment. Il fallait l'avouer, il se sentirait horriblement mal de la laisser comme ça, derrière lui, amochée sur le sable de Californian Beach. Mais d'un autre côté, elle n'était sans doute pas venue seule. Elle avait bien des amis, dans le coin, qui l'attendait dans un hôtel quatre étoiles ou dans un chalet appartement à papa. Au risque de se refaire agresser par Sue, Gregory demanda, dans un murmure :

- T'es seule ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sue Conrad

avatar

Nombre de messages : 65
IDENTITY.PIX :
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: .Starlight { Sue   Lun 11 Aoû - 0:26

Si on parlait de leurs différences; il y en avait des tas...Le milieu social arrive en tête. Sue a toujours eut tout ce qu'elle désirait et tout de suite. Une fille à papa? C'était exactement ça. Elle savait ce qu’elle voulait et quoi faire pour l’obtenir. Son père par exemple; elle le flattait dans le sens du poil et elle avait tout ce qu’elle voulait en un claquement de doigts et quelques paroles bien placées. Alors que chez Gregory c’était plutôt… Étrange. Il avait été adopté par une vieille bonne femme vivant dans l’ouest et il ne pouvait probablement pas avoir tout ce qu’il voulait dans la seconde qui suivait, contrairement à Susan. Mais encore… Les deux jeunes devaient bien aller dans la même école mais était-ce réellement par choix? Sue allait dans la seule école de la ville parce qu’elle y était forcée et bien entendu; elle pouvait se débrouiller pour la faire fermer lorsqu’elle le voulait : « Papa… » mais elle ne le faisait pas; elle se contrôlait parce que pour entrer à Yale, elle devait avoir une vie parfaite, sans anicroche. Son père avait déjà fait un compte bancaire pour les études universitaires de sa fille chérie. Au niveau de la personnalité; Greg était plutôt tranquille, indépendant… Solitaire, sans aucun doutes. Pas comme Sue qui avait continuellement besoin d’attention et d’amis autour d’elle. Fille la plus populaire du lycée, elle ne s’en plaignait pas, sa réputation était parfaite. Mais d’un côté, inconnu pour l’instant; ils étaient semblable. Ils ne vivaient pas avec leurs parents biologiques… Sue Conrad avait été volée à la maternité il y a de cela plusieurs années, bien entendu; tout cela est resté secret.

Si Gregory McAllister connaissait Sue Conrad de vue seulement; elle… Elle n’avait aucune idée de qui il était. Le dévisageant littéralement lorsqu’il osait passer près de ses amies. Hum. La jeune fille entendait de temps à autres les rumeurs sur elle : « Il paraît qu’elle a été adopté. » Elle chassait rapidement ces rumeurs de ses pensées mais si ça se révélait vrai? Son père était brun aux yeux bruns, son frère aussi.. Elle, elle était quoi? L’exception? Peut-être une histoire de gênes mais en regardant attentivement les photos; bruns aux yeux bruns… Majoritairement. Sinon c’était le vert qui l’emportait. Elle, cheveux noirs aux yeux bleus perçants. Ouf. Mais en supposant qu’elle ait été adoptée; elle avait été chanceuse de tomber chez les Conrad. Bien entendu; son séjour chez les Conrad l’avait rendu beaucoup plus superficielle et pas apte à faire n’importe quoi. C’était étrange mais elle espérait de tout cœur que ces rumeurs soient fausses.

Au niveau du taux d’alcoolémie dans le sang actuel… Sue Conrad n’était pas alcoolique; évidemment. Mais bon; quel jeune n’avait jamais bu pour tomber ivre? Les rumeurs? Elle s’en moquait mais elle pouvait bien inventer quelque chose… Inventer que quelqu’un lui ait proposé un verre, qu’il avait mit des somnifères dans son verre et ensuite que bang; c’était arrivé. Les choses arrivaient toujours si rapidement, on les voyait si rarement venir… De toute façon, Susan était parfaite alors à quoi bon? Tout le monde la croirait… Comme à l’habitude. Lorsqu’il lui demanda dans un murmure si elle était venue seule, elle grimaça. Encore heureux qu’il ait chuchoté sinon il signait son arrêt de mort. La jeune fille ouvrit la bouche pour parler mais finalement un mal de mâchoire infaillible la tenait. Elle prit sa mâchoire dans ses mains et appuya pour la réveiller un peu. La jeune fille termina son massage plutôt rapidement en répondant d’une voix pâteuse à son camarade de classe.


- Ouais; avec qui tu veux que je sois ?

Demanda-t-elle légèrement sarcastique. Il était vrai que Sue était continuellement entourée mais elle était parfois seule, chez elle, elle arrivait parfaitement à vivre sans son frère et sa belle-mère. Particulièrement la deuxième mentionnée. Elle avait beau avoir menti à son père, toutes ses beuveries intenses elle les faisait seule… Pour ne pas ternir sa réputation de fille parfaite. Elle regarda donc le jeune McAllister puis elle sentit un haut le cœur… Elle s’éloigna pendant un instant et elle.. dégueula. Eurk. La boisson de la veille était là en une seule frappe. Elle essuya d’un revers de main son cracha au coin des lèvres et se frotta le derrière de la tête. Elle devait regagner son hôtel le plus rapidement possible ou encore retourner chez elle. La jeune fille se retourna vers Gregory qui avait un petit sourire en coin, elle le regarda, l’air de dire : « Ferme-là. J’sais ce que tu penses. » La jeune fille s’avança donc avec ses chaussures dans les pieds opposés puis elle regarda Gregory. Puis son âme charitable – parce que oui elle en avait une – reprit le dessus.

- Tu veux que je te dépose quelque part ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .Starlight { Sue   

Revenir en haut Aller en bas
 
.Starlight { Sue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Starlight is here !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ HILLSIDE :: A R O U N D . H E A V E N . C I T Y :: CALIFORNIAN BEACH-
Sauter vers: